Le Tour des Crèches 2012

Photos

01IMG_1780.JPG
02IMG_1720.JPG
03IMG_1722.JPG
04IMG_1723.JPG
05IMG_1724.JPG
06IMG_1725.JPG
07IMG_1726.JPG
08IMG_1727.JPG
09IMG_1728.JPG
Départ de la Ferme du Château
10IMG_1729.JPG
11IMG_1730.JPG
12IMG_1731.JPG
13IMG_1732.JPG
14IMG_1733.JPG
15IMG_1734.JPG
16IMG_1735.JPG
17IMG_1736.JPG
18IMG_1737.JPG
19IMG_1738.JPG
Crèche du Longsart
20IMG_1740.JPG
Retour vers Boninne
21IMG_1741.JPG
22IMG_1742.JPG
Crèche Arthur Blairon
23IMG_1743.JPG
24IMG_1744.JPG
25IMG_1745.JPG
26IMG_1746.JPG
27IMG_1747.JPG
Crèche Route de Hannut
28IMG_1748.JPG
29IMG_1749.JPG
30IMG_1750.JPG
31IMG_1751.JPG
32IMG_1752.JPG
33IMG_1753.JPG
34IMG_1754.JPG
35IMG_1755.JPG
36IMG_1756.JPG
37IMG_1823.JPG
38IMG_1824.JPG
39IMG_1757.JPG
40IMG_1758.JPG
41IMG_1759.JPG
42IMG_1761.JPG
43IMG_1763.JPG
44IMG_1764.JPG
45IMG_1765.JPG
46IMG_1766.JPG
Crèche rue Bois d'Esneux
47IMG_1767.JPG
48IMG_1827.JPG
Crèche Rue Arthur Mahaux
49IMG_1768.JPG
51IMG_1770.JPG
52IMG_1826.JPG
53IMG_1774.JPG
54IMG_1831.JPG
55IMG_1775.JPG
56IMG_1777.JPG
58IMG_1783.JPG
Crèche Vivante devant l'Eglise
59IMG_1778.JPG
60IMG_1779.JPG
61IMG_1782.JPG
62IMG_1785.JPG

Histoire contée lors de la crèche vivante :

Une légende du temps de l'Avent : le chant des bergers

Il était une fois un vieux berger qui aimait la nuit. Il connaissait bien les étoiles et savait leur nom.
Appuyé sur son bâton, le regard levé vers le ciel, le vieux berger se tenait en haut de la colline.
« Il va venir, disait-il.
- Quand viendra-t-il ? demandait son petit-fils.
- Bientôt ! »
Les autres bergers riaient.
« Bientôt !... C'est ce que tu répètes depuis des années ! »
Mais le vieux berger ne les écoutait pas. Une seule chose le troublait : le doute qu'il voyait poindre dans les yeux de son petit-fils.
Et quand lui mourrait, qui donc redirait aux plus jeunes ce que les prophètes avaient annoncé depuis toujours ? Ah ! s'il pouvait venir bientôt !
Son coeur était tout rempli de cette attente.
« Portera-t-il une couronne en or ? demanda soudain le petit-fils, interrompant le vieux berger dans ses pensées.
- Oui !
- Et une épée d'argent ?
- Oui !
- Et un manteau de pourpre ?
- Oui, oui ! »
Et le petit-fils semblait heureux.
Le jeune garçon était assis sur un rocher et jouait de la flûte. Le vieux écoutait attentivement. La mélodie s'élevait simple et pure ; l'enfant s'exerçait jour après jour, matin et soir. Il voulait être prêt lorsque le roi viendrait.
« Voudrais-tu aussi jouer pour un roi sans couronne, sans épée et sans manteau de pourpre ? demanda le berger.
- Non ! » répondit son petit-fils.
Comment un roi sans couronne pourrait-il le récompenser pour son chant ? Il voulait de l'or et de l'argent ! Il voulait que les autres ouvrent de grands yeux et le regardent avec envie.
Le vieux berger était triste. Pourquoi donc promettait-il à son petit-fils ce que lui-même ne croyait pas ?
Sur les nuages, venant du ciel ? Depuis l'éternité ? Comme un enfant ? Pauvre ou riche ? Certainement sans couronne, sans épée, sans manteau de pourpre !
Et pourtant plus puissant que tous les autres rois. Comment ferait-il comprendre cela à son petit-fils ?
Une nuit apparurent dans le ciel les signes que le vieux berger attendait. Le ciel était plus lumineux que d'habitude et au-dessus de Bethléem brillait une grosse étoile. Les bergers virent alors des anges tout vêtus de lumière qui disaient : « N'ayez pas peur ! Aujourd'hui vous est né le Sauveur ! »
Le jeune berger se mit à courir au-devant de la lumière. Sous son manteau, tout contre sa poitrine, il sentait sa flûte.
Il arriva le premier et regarda l'enfant nouveau-né. Il reposait, enveloppé de langes, dans une crèche, une mangeoire pour les animaux. Un homme et une femme le contemplaient, tout heureux. Le grand-père et les autres bergers arrivèrent bientôt et tombèrent à genoux devant l'enfant.
Etait-ce là le roi qu'on lui avait promis ? Non ! Ce n'était pas possible, ils se trompaient. Jamais il ne jouerait son chant ici ! Et déçu, tout rempli d'amertume, il s'en retourna et plongea dans la nuit. Il ne vit même pas les anges qui volaient au-dessus de l'étable.
Mais bientôt, il entendit l'enfant pleurer. Il ne voulait pas l'entendre, il se bouchait les oreilles et continuait sa route. Pourtant, les pleurs le poursuivaient et lui perçaient le coeur. N'y tenant plus, il rebroussa chemin.
Il vit alors Marie, Joseph et les bergers qui s'efforçaient de consoler l'enfant qui pleurait. Il ne pouvait plus résister ! Tout doucement, il tira sa flûte de dessous son manteau et se mit à jouer pour l'enfant. Et tandis que la mélodie s'élevait toute pure, l'enfant se calma et le dernier sanglot s'arrêta dans sa gorge. Il regarda le jeune berger et se mit à sourire. Et au même instant, celui-ci comprit dans son coeur que ce sourire valait tout l'or et tout l'argent du monde.

Haut